DPC 100% financé : Découvrez les formations en ligne pour valider votre obligation triennale 💸🤝


Dentiste

Création ou reprise d’un cabinet ? Le dilemme de tous les dentistes

Vous êtes dentiste tout juste diplômé, dentiste salarié en reconversion pour une activité en libéral ou tout simplement vous souhaitez vous challenger, cet article vous est destiné. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la reprise et la création d’un cabinet dentaire.

Avant toute chose, s’il s’agit de vos débuts en libéral, voici pour vous les 5 conseils du Dr. Camille Laulan pour exercer sereinement en libéral.


📋 Sommaire

1) La création de son cabinet dentaire
L'étude du marché avant l’installation dans votre cabinet libéral
Le coût d’un cabinet de dentiste
Les démarches pour créer votre cabinet dentaire
Les avantages et inconvénients de la création de son cabinet dentaire

2) La reprise d’un cabinet dentaire
Les questions à se poser avant toute reprise d’un cabinet libéral
Le local du chirurgien dentiste
Le cas de la patientèle
Les avantages et inconvénients de la reprise d’un cabinet de dentiste


🏥 La création de son cabinet dentaire

Avant de créer votre cabinet dentaire, il convient d’anticiper vos coûts, votre installation et sa localisation. Cela vous permettra d’évoluer et exercer plus tard dans un environnement de travail adéquat, tout en ayant une patientèle et des revenus suffisants.


🔎 L'étude du marché avant l’installation dans votre cabinet libéral

Avant toute création, il convient de choisir l’emplacement de votre cabinet dentaire. Pour cela, et afin d’assurer sa pérennité, votre cabinet libéral doit être situé dans une zone où la patientèle est suffisante et la concurrence faible. Vous devez donc choisir des zones où la demande est forte comme les déserts médicaux.

Faites également une étude de vos confrères : combien y en a-t-il dans votre ville ? Votre département ? Quels tarifs appliquent-ils ? Quels types d’actes réalisent-ils ? Cela vous aidera à fixer vos propres tarifs et honoraires mais aussi à pouvoir proposer aux patients des compétences que vous possédez et que d’autres n’ont pas. En général, nous conseillons de rester sur une activité généraliste en zone rurale et plus spécialisée en zone urbaine.

Bien sûr, vous devrez aussi étudier en profondeur votre potentielle patientèle : leur âge, leurs attentes concernant vos prestations, afin que les actes demandés soient en adéquation avec vos spécialités. Avant toute création, vous devrez vous assurer que vous pourrez rapidement vous constituer une patientèle. Pourquoi pas créer votre propre site internet ou vous inscrire dans les annuaires ? Si la commune dans laquelle vous vous installez est depuis longtemps en manque d’un chirurgien-dentiste, il vous sera alors assez facile d’acquérir des patients. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez obtenir de la visibilité en vous faisant interviewer par le journal local ou avoir un article sur le site de la mairie qui vous ait dédié. Vous aurez aussi la possibilité de visiter les EHPAD des alentours ou d’informer vos confrères médecins et autres professionnels libéraux déjà présents dans votre zone géographique.


💸 Le coût d’un cabinet de dentiste

Le coût d’un cabinet dentaire est conséquent. Vous devrez tout d’abord louer ou racheter un local professionnel. Il pourra accueillir à la fois votre secrétariat, vos différentes salles de radiologies, d’examens, de stérilisation ou un local technique. Puisque vous accueillez du public, veillez bien à ce que les normes d’accessibilité et de sécurité incendie soient respectées. Si vous envisagez plus tard d’avoir des collaborateurs, pensez à leur réserver un nombre suffisant de salles d’examens pour exercer dans de bonnes conditions. Nous vous conseillons de bien séparer la zone consacrée à l’administratif de la zone réservée aux soins.

Vous devrez également penser au coût de tous les équipements de votre cabinet dentaire. Il vous faudra entre autres : un appareil à radiographie, des fauteuils d’examens, crachoirs, pinces et appareils rotatifs mais aussi des blouses, gants ou masques. Pour découvrir la liste complète des équipements indispensables à votre cabinet dentaire, cliquez-ici.

Si néanmoins vous jugez que ces coûts sont trop élevés, vous pourrez faire appel à des associés dentistes. Vous pourrez ainsi partager le loyer, le matériel, mais aussi les salaires des assistant(e)s dentaires et des secrétaires. Le risque de désaccord avec les associés étant élevé, nous vous conseillons dans un premier temps d’envisager une collaboration avec la personne en question sur une durée minimale d’un an. Cela vous permettra de faire connaissance et de travailler suffisamment longtemps ensemble, pour envisager de vous associer sans problèmes.

👉 Que vous soyez à la recherche de votre associé ou de votre collaborateur dentiste, déposez votre annonce sur RemplaFrance pour le trouver rapidement !


📝 Les démarches pour créer votre cabinet dentaire

Afin de créer votre cabinet dentaire et pouvoir exercer en libéral, vous devrez évidemment être inscrit au Conseil Départemental de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Vous disposerez alors de votre numéro RPPS et de votre carte professionnelle. La seconde étape consiste à s’enregistrer à l’Assurance Maladie, ce qui vous permettra d’être inscrit à l’URSSAF. Troisième étape : adhérer à votre caisse de retraite c’est-à-dire la CARCDSF. Pour finir, vous devrez souscrire à une responsabilité civile professionnelle.

Lors de votre création de cabinet dentaire, vous pourrez choisir de créer une Société d’Exercice Libéral à Responsabilité Limité (SELARL) ou une Société d’Exercice Libéral à Responsabilité Limitée Unipersonnelle (SELARLU). La première est composée de 2 associés minimum et la seconde d’un seul et unique associé. Selon Captain Contrat, une SELARL peut réduire son bénéfice imposable en distribuant des salaires. Elle peut aussi mieux gérer les rémunérations des associés et collaborateurs du cabinet et d’avoir plusieurs investisseurs lors de la constitution du capital de la société. En cas de pertes, la responsabilité de chacun est limitée au montant de ses apports. Si vous décidez de créer votre cabinet dentaire en groupe, vous pourrez également choisir de créer une Société Civile Professionnelle (SCP) ou une Société Civile de Moyen (SCM).


⚖️ Les avantages et inconvénients de la création de son cabinet dentaire

Qui dit création, dit être son propre patron, vous disposerez donc d’une autonomie totale. Mais au début et pour lancer votre activité, il ne vous faudra pas compter vos heures, ni refuser les urgences. Mais collaborer avec d’autres praticiens peut soulager votre charge de travail comme alléger vos dépenses. Cependant, si vous avez des associés, la prise de décision ne vous reviendra plus complètement, peut s’en suivre compromis ou conflits. De plus, la création de votre cabinet dentaire implique de bonnes compétences en management des équipes et gestion de budget. Vous devrez veiller aux bonnes conditions de travail et à l’efficacité de vos équipes tout en leur assurant une rémunération juste. Une autre de vos missions sera de toujours vous assurer que votre stock de matériel est suffisant et rentre dans le budget que vous vous étiez fixé.



🤝 La reprise d’un cabinet dentaire

La reprise d’un cabinet dentaire en tant que chirurgien-dentiste libéral peut sembler plus facile que la création, car elle permet de ne pas partir de zéro. Néanmoins, cela reste un projet professionnel important, qui exige de se poser diverses questions en amont et d’évaluer ses fonds, pour un rachat de local, de patientèle et de matériels optimal.


💡 Les questions à se poser avant toute reprise d’un cabinet libéral

Premièrement, avant toute reprise d’un cabinet dentaire, vous devrez évaluer l’ancienneté de celui-ci. Si le cabinet est récent, demandez-vous pourquoi votre confrère décide de céder son local et sa patientèle. Est-ce que le cabinet a des associés, si tel est le cas, votre futur associé est-il conflictuel ? Si le cabinet a des collaborateurs, pourquoi ne veulent-ils pas le reprendre ? Des travaux sont-ils à envisager pour faciliter la circulation des personnes ou pour remettre aux normes le cabinet ? Autant de questions à approfondir avant tout achat afin de ne pas avoir de mauvaises surprises dans un futur proche.


🏠 Le local du chirurgien dentiste

Si vous souhaitez reprendre le cabinet d’un confrère, découvrez nos nombreuses offres de locaux disponibles pour chirurgien-dentiste. Vous pourrez alors racheter ce local ou le louer. A partir de là, 2 types de contrats de location s’offrent à vous :

  • Le bail professionnel : sa durée minimale est de 6 ans, interruption possible à tout moment et préavis de 6 mois.
  • Le bail commercial : ce type de contrat est plus limité pour limiter un maximum les risques.

Néanmoins, en tant que dentiste exerçant en libéral, un bail professionnel est recommandé. Vous pourrez alors choisir de racheter le local ou de le louer, mais aussi de racheter le matériel du cabinet. Pour cela, vous devrez évaluer la date d’achat des équipements, leur valeur actuelle ainsi que leur coût s’ils devaient être remplacés. De plus, la liste du matériel cédé avec sa valeur doit être associé à l’acte de cession. Vous pourrez par exemple choisir de racheter les fauteuils ou appareils de radiographies mais décider de remplacer les chaises et bureaux.


👐 Le cas de la patientèle

Lors d’une reprise d’un cabinet dentaire, vous pourrez par la même occasion racheter la totalité ou une partie de la patientèle. Le praticien pourra aussi choisir de vous la céder gracieusement. Tout en sachant, qu'en moyenne, le prix d’une patientèle équivaut à 50 % du chiffre d'affaires moyen sur les trois dernières années du cabinet. Ce prix n’est évidemment pas fixe, et peut être négocié. Il varie selon le nombre de patients, leur âge et la diversité des pathologies.

À noter tout de même que les patients ayant l’habitude de leur ancien dentiste pourront avoir envie de changer. Néanmoins, votre confrère devra vous présenter comme son successeur et vous devrez établir un contrat de cession ou d’acquisition de la patientèle.


⚖️ Les avantages et inconvénients de la reprise d’un cabinet de dentiste

La reprise d’un cabinet dentaire présente de nombreux avantages : vous pourrez ainsi racheter un cabinet existant avec une patientèle déjà constituée. Même si certains patients lors du rachat resteront, on considère que 30 % de la patientèle décidera de partir. Soit car elle en profitera pour trouver un dentiste plus près de chez elle, soit car elle écoutera les conseils de son entourage qui consulte chez un de vos confrères. De plus, si le chirurgien-dentiste prend sa retraite, cela n’est peut-être pas le cas pour la secrétaire ou les assistant(e)s, ce qui vous assure un personnel déjà présent. Un autre avantage, que vous pourrez présenter à votre banquier, est l’estimation du chiffre d'affaires de votre confrère dont vous reprenez la patientèle. En effet, puisque vous reprendrez la grande majorité de ses patients, votre chiffre d'affaires sera équivalant ou légèrement inférieur en début de cession. Cependant, si vous décidez de reprendre un cabinet dentaire dont vous n’avez pas choisi les associés ou collaborateurs, des conflits peuvent être à prévoir.