Offre spéciale -75€ sur les Chèques-Vacances avec le code CVCO2020 ☀️🌴
Libéraux, vous pouvez les intégrer dans vos charges professionnelles 😎 Structures, remerciez vos collaborateurs 👏


Général

Carpimko : fonctionnement de la caisse retraite des libéraux

La Carpimko ou la Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues, Orthophonistes et Orthoptistes est l’une des dix sections professionnelles de la Caisse Nationale vieillesse des professions libérales (CNAVPL).


📋 Sommaire

1) Qu'est-ce que la Carpimko ?
À quoi ça sert ?
Fonctionnement de la retraite

2) Comment ça marche

3) Les différents régimes de retraite
Le régime de base
Le régime complémentaire
L’avantage social-vieillesse
Le régime d’invalidité-décès


👨‍⚕️ Qu’est-ce que la Carpimko ? 👩‍⚕️


➡️ À quoi sert la caisse de retraite ?

Cette Caisse Autonome permet aux Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues, Orthophonistes et Orthoptistes non salariés de cumuler des points en cotisant pour leur retraite et celle des autres. C’est une protection sociale indispensable à laquelle il faut souscrire dès le commencement de la vie professionnelle. Bien que complémentaire, l’affiliation à la Carpimko est obligatoire même si la profession exercée n’est que secondaire. Elle prend effet le premier jour du trimestre civil qui suit le début de l’activité du professionnel de santé. Par exemple, si l’affiliation se fait le 31 octobre, elle sera effective au 1er janvier suivant.

Afin de pouvoir s’inscrire, le professionnel doit impérativement se munir des pièces suivantes :

  • La copie de la carte de professionnel de santé
  • L’attestation d’inscription au répertoire ADELI (pour les infirmiers, orthophonistes, orthoptistes)
  • La notification d’inscription au tableau de l'ordre (masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue)
  • L’attestation de remplacements occasionnels si existante
  • La déclaration faite au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour les collaborations
  • Les statuts de la société et le PV en cas d’exercice en société

Pour commencer à monter votre dossier d’affiliation rendez-vous sur Carpimko-Affiliation.com.



👵 Fonctionnement de la retraite 👴

La retraite de base se fait sous forme de points ; les cotisations des assurés sont transformées à partir de la valeur du point à la date du versement. Pour calculer le montant de sa retraite, il faut donc appliquer la formule suivante :

Pension de base = Valeur annuelle du point x Nombre de points acquis x Taux de liquidation*

À cela, s’ajoute la pension complémentaire de la Carpimko, calculée de la même manière que la précédente mais avec des taux différents :

Pension complémentaire = Valeur annuelle du point x Nombre de points acquis x Taux de liquidation*

*Dépend de la durée d'assurance réelle et la durée d’assurance requise pour toucher une retraite à taux plein.



💻 Comment marche la Carpimko ?


Les affiliés à la Carpimko versent une cotisation divisée en deux parties : la part forfaitaire, qui permet d’acquérir 8 points retraites*, et la part proportionnelle, qui représente 3% du revenu de l’avant-dernière année du professionnel (elle permet d’obtenir jusqu’à 22 points).

*Valeur du point retraite : 20,16€ vaut 1 point en 2020

L’âge de départ du professionnel déterminera le montant de sa retraite (taux plein ou non). Le tableau ci-dessous montre l’âge légal du départ en retraite permettant de toucher la retraite à taux plein.


Tableau de l’âge minimum de départ en retraite et de l’âge de départ pour bénéficier du taux plein

Année de naissanceÂge minimum de départÂge du taux plein
195660 ans et 4 mois65 ans et 4 mois
195760 ans et 8 mois65 ans et 8 mois
195861 ans66 ans
195961 ans et 4 mois66 ans et 4 mois
196061 ans et 8 mois66 ans et 8 mois


💡 Le montant de la pension s’obtient en multipliant le nombre de points acquis par la valeur du point.

Si le professionnel décide de partir avant l'âge légal de la retraite à taux plein, une décote de 4% est appliquée par année manquante en plus d’une minoration de 0,25% par trimestre manquant pour atteindre l’âge légal ou bien pour justifier de la durée légale.

Les assurés continuant à travailler après avoir rempli les conditions du taux plein et l'âge légal de la retraite peuvent bénéficier d’une majoration de 1,25% par trimestre supplémentaire, jusqu'à 20 trimestres.

En cas de décès de l’assuré cotisant à la Carpimko, son conjoint peut prétendre à des droits. En effet, s’il remplit les conditions requises, le conjoint peut se voir attribuer, à partir de 55 ans, une réversion équivalente à 60% de la pension complémentaire versée. Cependant, si le conjoint se remarie il ne bénéficiera plus de la réversion de la Carpimko.

Pour plus d’informations : Carpimko.com



🔢 Les différents régimes de retraite


La Carpimko se divise en 3 régimes retraites et un régime invalidité-décès :


      1) Le régime de base

    C’est le premier niveau de retraite. Il est composé de 2 tranches de taxation selon les revenus du professionnel (entre 8,27% des revenus et 1,87%). Afin de bénéficier de sa retraite à taux plein* il faut avoir passé 62 ans et avoir validé tous les trimestres selon sa date de naissance (voir tableau de l’âge minimum de départ en retraite et de l’âge de départ pour bénéficier du taux plein).

    *Valeur du point : 0,5672€ depuis le 01/10/2017


      2) Le régime complémentaire

    Il s’applique sous forme forfaitaire d’une part de 1 536€. À cela, il faut ajouter la part proportionnelle qui correspond à 3%* des revenus du professionnel.

    *Pour les revenus compris entre 25 246€ et 166 046€ par an

    Pour pouvoir y prétendre, il faut être à jour des cotisations dans l’ensemble des régimes. Autrement, il comporte les mêmes conditions que le régime de base mais sa valeur du point est différente (19,60€ au 01/01/2018).


      3) L'avantage social vieillesse (ASV)

    Il se divise en deux : une part forfaitaire de 576€ dont 192€ à charge du professionnel, les caisses prenant en charge la différence et une part proportionnelle de 0,4% des revenus conventionnés. Les caisses prennent en charge 60% du montant de cette cotisation. Le professionnel peut y prétendre à partir de 60 ans avec une décote de 5% par année d’anticipation. Elle n’est à taux plein qu'à partir de 65 ans et la valeur de son point varie en fonction de l’année (1,30€ au 01/01/2018).


      4) Le régime invalidité-décès

    Ce régime protège le professionnel en cas d’inaptitude partielle ou totale ainsi que ses proches en cas de décès. La cotisation forfaitaire s’élève à 663€ depuis 2018. L'indemnité est versée à partir du 91ème jour d’arrêt total d’activité jusqu’au 365ème jour puis une rente totale ou partielle est versée en fonction de la situation. En cas de décès du professionnel, le/a conjointe perçoit le versement d’un capital et d’une rente de survie ainsi qu'une rente d’éducation pour les enfants le cas échéant.

Pour plus d’information concernant les droits des différents régimes, consultez Carpimko.com